centenaire 14-18 ♠

Prochainement, découvrez l'histoire d'Augustin Trébuchon :                               

Vidéo réalisée par Ardenne Métropole et 2f Communication

dans le cadre des commémorations du Centenaire de la Première Guerre Mondiale 1914 - 1918.

En attendant la version complète, découvrez dès maintenant le teaser !

 

Spécial Centenaire 14-18 :

Nos plus grands remerciements vont à Samir qui s'est chargé de la traduction et de l'illustration des portraits de nos héros.

Grâce à lui, prochainement vous pourrez disposer d'informations sur place en "flashant" des QR Codes dédiés.

A bientôt! 

 

consultez la revue de presse rubrique "à voir, cliquez ici!"

Discours du maire au Signal de l'épine

Il n'y a rien de glorieux à commémorer le début de la première guerre mondiale, puisqu'une deuxième a suivi.

Heureusement les guerres ne sont plus mondiales, dans le sens accordé jusqu'à la fin du vingtième siècle. Aujourd'hui le perception des confrontations s'est éloignée mais engage toujours les nations, pour des combats autres que ceux de l'expansion territoriale, le prestige. Non, ce sont des combats dominés par le désir hègémonique d'une idéologie.

Ces derniers temps, le bruit des bottes était, est encore, audible à nos frontières orientales Européennes.

Rêver d'un monde sans armées est utopique. Aussi est-il nécessaire de protéger non seulement notre pays mais également ceux qui ont épousé les valeurs de notre République.

Pour cette défense de ce qui constitue les rapports entre les hommes, entre les peuples, nous rendons hommage à celles et ceux qui s'engagent sous notre drapeau, avec en filigranne, des drapeaux des nations Européennes, le drapeau de l'Europe. Certains des engagés inscrivent leurs noms au bas des listes impréssionnantes et, comme leurs prédécesseurs morts au combat, ils laissent derrière eux, des veufs, des veuves, des orphelins pupilles de la Nation.

Parler d'Europe, c'est croire en l'avenir, un avenir de paix, de sécurité. Et pour reprendre la devise de notre pays voisin la Belgique : "l'union fait la force", l'hymne Européen confortera l'espoir que nous plaçons dans l'union Européenne.

JC.CHANOT  

Augustin TREBUCHON 1878 - 1918

Augustin TREBUCHON est né le 30 Mai 1878 et est décédé le 11 Novembre 1918.

Originaire de Montchabrier hameau de la Malzieu-Forain en Lozère, orphelin de mère à 5 ans et de père à 14 ans, il était berger lorsqu'il s'engage à MENDE le 4 août 1914. Il a fait la Marne, Verdun, l'Artois, la Somme...

Soldat de 1ère classe, estafette de la 9ème Compagnie du 415ème Régiment Infanterie de la 163ème Division Infanterie. Deux fois blessé il est cité à l'ordre du régiment le 18 juillet 1918 pour "son calme remarqueable donnant à ses jeunes camarades le plus bel exemple".

Le 11 Novembre 1918, l'agent de liaison GAZARETH à 10h40 croise un corps tout chaud, tué d'une balle en pleine tête. C'est Augustin TREBUCHON qui, depuis, repose dans le carré militaire, parmi les siens, au cimetière de Vrigne-Meuse.

Une rue lui est dédiée dans le village, inaugurée le 11 Novembre 2008.

Ce fut le dernier tué Français de fait de guerre.

 

Augustin TREBUCHON was born May 30, 1878 and died on November 11, 1918. A native of Montchabrier hameau Malzieu-Forain in Lozère, orphan of mother and 5 years old and father was 14, when he was Berger enrole Mende the August 4, 1914.

He made the Marne, Verdun, Artois, The Somme... 1st class soldier, messenger of the 9th Compagny of the 415th Infantry Regiment of the 163rd Infantry Division regiment. Twice wounded he is quoted in regimental order July 18, 1918 for "his remarkable calm giving his young comrades enjoyed the good example".

On 11 November 1918, the liaison officer at 10:40 GAZARETH crosses a very hot body, shot dead in the head . It's Augustin TREBUCHON which has since buried in the military section, among his own people, the cemetery of Vrign-Meuse.

A street dedicated to him in the village, inaugurated on 11 November 2008.

It was the last French killed because of war.

Augustin TREBUCHON

Commandant Charles de Berterèche de Menditte 17/08/1869 - 27/01/1931

Commandant Charles de Berterèche de Menditte né le 18 août 1869 et est décédé le 27 janvier 1931, officier d'infanterie originaire du sud-ouest.

Pour cet officier, la grande Guerre va durer six années: Charleroi, Guise, la bataille de la Marne et Garonne, Roumanie, révolution russe.

Il mène la dernière offensive entre le 9 et 11 novembre 1918 sur la Meuse entre DOM LE MESNIL et VRIGNE-MEUSE dans les Ardennes. Puis ce sera la Syrie où il sera confronté aux troupes de l'émir FAIÇAL en 1919 et 1920.

Dans ses carnets de campagne il se qualifie de "Vagabond de la grande guerre" où transparaissent le caractère intègre, les valeurs morales , spirituelles et humaines de cet officier (plaque apposée le 11 Novembre 2011 à l'entrée de la rue Charles de Menditte à Vrigne-Meuse).

Ajoutons à ce tableau le sens du devoir, de l'honneur et un sens profond des responsabilités vis à vis des hommes dont il avait la charger.

Propos extraits de "Le vagabond de la Grande Guerre" par Alain FAUVEAU

Geste Éditions

 

Berterèche Charles Commander Menditte born August 17, 1869 and died January 27, 1931, an infranty officier from the south-west. For this officer, then great war will last six years: Charleroi, Guise, Battle of the Marne, Garonne, Romania, the Russian Revolution.

He leads the offensive last between 9 and 11 November 1918 on the Meuse between DOM LE MESNIL ans VRIGNE-MEUSE in the Ardennes. Then it will be Syria where he will face the troops of Emir FAIÇAL in 1919 and 1920.

In his campaign books he describes as "vagabond of the great war" which reflected the character of integrity, moral, spiritual ans human values of this officer (11/11/2011 plaque at the entrance to the Charles Street Menditte to Vrigne-Meuse). Add to this picture the sense of futy of honor and a deep sub responsabilities to men which he was responsible.

About extracts from "The tramp of the Great War" by Alain FAUVEAU

Geste Editions

 

Commandant Charles de Berterèche de Menditte

Octave Désiré DELALUQUE 11/09/1889 - 29/11/1931

Octave Désiré DELALUQUE né à INTREVILLE (Eure et Loir) le 11 Septembre 1889 et est décédé à CHARTRES le 29 Novembre 1931. Incorporé le 5 Octobre 1910 au 102ème Régiment Infanterie , matricule 2342, clairon le 24 Septembre 1911. Mobilisé le 2 Août 1914, blessé au bras droit et à la fesse gauche à BEAUCLAIR, atteint de typhoïde.

1ère classe - croix de guerre avec étoile de bronze, démobilisé le 5 février 1919. Une rue a été inaugurée à son nom en 1998, l'histoire rapportée par les contemporains de DELALUQUE exprime les propos suivants tenus peu avant 11 heure ce 11 Novembre 1918 à LEBRETON, capitaine:

"Mon capitaine, la dernière fois que j'ai joué le 'Cessez-le-feu' c'était en 1911 au champ de tir, je ne m'en souviens plus. Un jeune lieutenant présent lui fredonna les notes. A 11 heure, le clairon joua 'Le Garde à Vous' puis le 'Cessez-le-feu' et enfin 'Au drapeau'."

13 notes pour le 'Cessez-le-feu' jouées aux quatre points cardinaux, puis les sonneries de DELALUQUE allaient se répercuter sur toute la ligne de front.

Les dernières années d'O.DELALUQUE furent moins glorieuses. Comme beaucoup d'autres combattants, les traumatismes psychologiques accumulés durant la guerre empêchèrent bien nombre de (re)trouver une vie normale.

C'est ainsi que ce vaillant clairon, devenu ouvrier agricole mourrut certainement de coups de couteau porté par sa compagne, abrités dans un hangar, très alcoolisés.

Propos recueillis dans 1914-1918 "Le clairon d'un beauceron sonne la fin d'une ignoble boucherie" par M.F. SALIEGE et M.BRICE

Éditions SETAEL

 

 

Octave Désiré DELALUQUE born in Intreville (Eure-et-Loir) the 11/09/1889, died at Chartres on 29/11/1931.

Stir 05/10/1910 to 102nd Infantry Regiment, regimental 2342, the bugle 24/09/1914.

Wounded in the right arm and the left buttock to Beauclair. Archved typhoid.

1st ranking - Military cross with bronze star demobilized on February 5, 1919.

A street was opened in his name in 1998. The stoy reported by contemporaries DELALUQUE expressed the following remarks shortly before the 11 hours 11/11/1918, to LEBRETON, captain:

"My captain, the last time I played the 'Cease-fire' was in 1911 at the shooting range, I do not remember. A young lieutenant now hummed her notes. At 11 hours, the bugler played 'The guardat you' the the 'Cease-fire' and finally 'The flag'.

13 Notes to the 'Cease-fire' played the four cardinal points and the DELALUQUE ringstones would affect the entire front line. The last years of O.DELALUQUE were less glorious. Like many other fighters, psychological traumas accumulated during the war prevented good number to find or return to normal life. Thus this valiant bugle become farmhand was certainly dead by stabbing worn by his girlfriend, housed in a hangar, very alcoholic.

Interviewed in 1914-1918 "The Bugle sounds a Beauceron the end of an ignoble butchery" by M.F. SALIEGE and M.BRICE

Edition SETAEL

soldats inhumés au carré militaire - tués les 10 et 11/11/1918

VIGROUX Camille

BETHUIZEAU Alfred

TREBUCHON Augustin

BALLARIN Blaise

SALUT Victor

DUBOIS Julien

LEMAITRE Edouard

GUEDON Ernest

PRORIOL Jean

DUCROCQ Emile

LACAPERE Gérard

CARROY Léon

CORS Henri

RENARD François

GACHET René

ACHILLE Julien

COSTE Roger

BOURROUILH Jean

www.centenaire.org

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

nouvelle-image-bitmap-2.jpg

×